Compte rendu Assemblée Générale 2017

Le 3 mars 2017 s’est tenue l’Assemblée générale de l »Association. Voici le Compte Rendu ! Bonne lecture et merci de votre soutien !!!

Le 3/03/2018 à St Sauveur de Montagut

ASSEMBLEE GENERALE DE LA CHEVRE ET LE CHOU

246 personnes convoquées (166 adhésions en 2017)

  • 14 personnes excusées
  • 7 personnes ont donné une procuration
  • 31 personnes présentes
  • 33 personnes peuvent voter

Ont été nommées scrutatrices Pascale Midol et Silvia Ribeiro.

Ordre du jour :

Rapport moral par Nicole

Rapport d’activités présenté par Tanguy

Rapport financier exposé par Johanne

Rapport d’activités et perspectives mit en avant par Audrey

Échanges, débats et votes sur la Scop, la formule d’engagement et la formule d’adhésion.

Etat actuel du bureau par Delphine

Rapport moral

Lors de l’AG 2017, 4 nouveaux administrateurs ont rejoint le conseil.

Le compte rendu de l’AG 2016 est à votre disposition.

Durant l’année écoulée le conseil s’est réuni régulièrement.

Administrateurs et salariés ont œuvrés ensemble dans un premier temps pour définir leur rôle.

Ensuite, les réunions ont ciblés les projets en cours, pour leur permettre d’évoluer et se concrétiser. Chacun a donné du temps, de l’énergie, dans une ambiance constructive.

Chaque séance a permis d’élaborer la colonne vertébrale de l’Association, qui pourra accompagner l’épicerie dans son développement de cette année 2018.

RAPPORT D’ACTIVITE 2017

1 – L’épicerie en quelques chiffres

Les objectifs sont toujours de travailler en circuit court, le plus possible en local, avec des entreprises non cotées en bourse pour les produits les plus industriels et surtout de proposer du vrac

Producteurs

entreprises locaux

55

Dont 48 producteurs de d’Ardèche et de Drôme pour environ 200 produits

nbre produit

227

dont vrac

75

autres producteurs

entreprises

13

nbre produit

96

dont vrac

41

Grossistes/plate forme de distribution

6

nbre produit

348

dont vrac

64

pourcentage

produits en direct producteurs

323

48

produits grossistes

348

52

total

671

%

produits en vrac

180

27%

En 2016, 475 produits pour presque 1/3 en vrac

2 – Au fil des mois :

Mai : Après 12 mois de bénévolat, depuis l’ouverture de l’épicerie, on a salarié Mathieu et Audrey en contrat aidé de 26h/sem sur un an + Johanne passée de 20 à 26h/sem. On a fait le choix des contrats aidés afin d’atteindre l’autofinancement de nos salaires progressivement . Et réel besoin de personnel avec les nouvelles activités prévues de l’année .

Juin : suite à une bonne occasion et afin de lancer le camion épicerie (projet de l’année 2017)on a acheté un camion de marché (anciennement vente de vêtement) Aménagement prévu après l’été.

Juillet et Août : gérance de la guinguette de la plage afin permettant de mettre en œuvre nos compétences dans la restauration, de proposer des produits bio et locaux à des personnes non sensibilisées à cette consommation, et d’avoir une autre rentrée d’argent pour pouvoir payer les salaires.

Bonne saison dans sa globalité (que 3 jours de fermeture dûs au mauvais temps !!)

Bonne fréquentation des soirées du jeudi

Beaucoup d’heures effectuées par les salariés

Renouvellement du contrat aidé de Johanne pour un an

Après la grosse charge de travail de l’été due à l’activité de la guinguette, il y a eu une grosse remise en question de certaines personnes sur leur rôle et leur implication dans l’association. Grâce à un travail collectif encadrer par Anne (administratrice), chacun a pu redéfinir ses envies et objectifs personnels et professionnels.

Automne et Hiver :

Petits travaux d’aménagement du camion épicerie

Péripéties pour son lancement : Pas possible d’avoir une carte de commerce ambulant car nos statuts ne définissent pas notre activité d’achat-revente. Donc il y a eu une AG extraordinaire le 14 novembre 2017 afin de changer le but de l’association. Ensuite problème pour le titulaire de la carte du commerce ambulant : ce ne peux être un salarié (pour nous, Audrey) mais un représentant de l’association, donc un administrateur.

Décision de passer en SCOP en 2018 mais de garder une vie associative (cf perspectives 2018)

Soirée Africaine le 22 décembre :

Pour aider Maïssé financièrement et socialement

=> environ 200 € de recette pour sa cuisine

(Perte de 200 € pour cette soirée pour l’association avec ses frais annexes, musiciens, buvette, salle ; Mais heureux d’avoir aidé !)

De plus cette soirée était l’occasion de présenter les nouvelles formules d’abonnements pour 2018. Mais très peu de monde pour échanger sur celles-ci.

3 – Café :

Au printemps, après un flou sur les personnes intéressées, (=toujours des personnes différentes aux réunions) il y a eu détermination de 3 groupes :

  • Les Pilotes : coordonnateurs, animateurs, pers. Consacrant du temps bénévole ou salarié (au départ 3 personnes Alcine, Delphine, Mathieu)
  • Les Grandes Mains : personnes faisant avancer dans le concret une mission, en groupe
  • Les Petites Mains : aides pour tâches ponctuelles, en renfort, connaissant l’avancée du projet et communiquant dessus.

Plusieurs lieux visités dans l’année.

Sans résultats. (café de la gare, local chez un particulier aux ollières, entrepôt derrière les facteurs /parking carrefour, librairie de Laurence, le tabac, bar de la poste…)
Le projet est toujours en attente, mais un groupe s’est formé pour regrouper plusieurs activités dans un même lieu : pour l’instant un dossier est en cours de réalisation afin de proposer un projet d’activités dans les bâtiments d’ANTEX (trimaran, café épicerie , + recherche d’autres partenaires…)

Il se ressent quand même le besoin de créer des événements en utilisant les salles de la mairie de St sauveur de Montagut en attendant.

4 – Grap :

= Groupement Régional Alimentaire de proximité

Scic mutualisant des services pour des établissements travaillant autour de l’alimentaire bio et local (épicerie, café, chocolatier, boulanger….)

=> projet 2017, s’associer à ce groupement afin d’avoir accès à Ses services :

social, comptabilité, suivi de gestion et permet d’avoir une force de négociation de prix chez les grossistes et permet de regrouper certaines commandes entre ces membres.

Nous sommes officiellement associés à ce réseau depuis le 1er janvier 2018.

Fin décembre il a fallu changer de logiciel informatique, afin de faciliter nos échanges comptables avec GRAP et aussi afin d’être aux normes.( Lois applicable au 01/01/2018) car ancien logiciel des producteurs était obsolète.

Gros travail de saisie de données effectués par Johanne et Audrey pendant les derniers jours de décembre afin qu’il soit opérationnel dès janvier.

Passage en caisse est un peu plus long qu’avant mais moins de travail en amont pour les épiciers (plus besoin d’étiqueter chaque produits lors de la mise en rayon) et le choix du collectif (producteurs et épiciers) était majoritairement contre le scanne code barre.

Logiciel permet aussi d’avoir une meilleur gestion des stocks …. c’est un nouvel outil aidant à la professionnalisation de l’activité.

Listes des 55 producteurs locaux et entreprises locales :

Maximilien Agneray – Alex fratini – Assoc.Le Terreau – magasin à travers champs

biomeille – mandaroux – biopastille – rabarines – bulle verte – carle fruits

frigoulette – achard vincent – accoles – dorothé chalvet – dose nature

la bâtie – les lyonnettes – l’aros – les gariots – espinas – esprit biscuit – estelle labeyrie – ferme bouteille – pimpreline – pisse renard – primevère – ferme des lambert – fréchet – frênette -gaec de la grange – mirabel – jaubernie – azzoni – la vrille et le papillon – iswari – jerome jouret – la belle abeille – la césarde – la claie ardéchoise

laiterie carrier – lap’fruits – la sauvageonne – le bateleur – les bonnes conserves – les essentielles – maxime braure – dousson – sandrine dupire – solater – saldac – bock –

t’air de famille – thaïs – studio des 3 becs – agrobiodrome

Les 13 autres producteurs ou entreprises en direct :

coopérative de cerneux monnot – bellifor – ananda – ferme de chassagne

combe de lésia – germinance – symphonie des vergers – histoire d’orge

trésor de plantes – terre et volupthé – arcadie – floréal (espagne) – aigre doux sud cévennes

les 6 grossistes /distributeurs bio :

scop épices – senfas – relais vert – probabio – écodis – agrosourcing

Rapport financier : cf Johanne

Le rapport financier a été voté à l’unanimité.

Perspective de développement AG 2017

I – Certification Bio par Alpes Contrôle–

Nous avions appris au cours d’un contrôle des fraudes au printemps 2017, que pour être aux normes nous devions certifier notre point de vente : en effet nous effectuons des achats supérieurs à 10 000€ HT/an de produits VRAC, et la législation demande à ce que les établissements soient accompagnés et certifiés

Du fait que nous sommes associés à GRAP, nous avions choisi l’organisme certificateur et bénéficié d’un tarif sur cette certification qui s’est élevée à 400€ à renouveler chaque année.

II – Démarrage du camion estimé au 8 mars 2018

Nous sommes à la veille du si attendu démarrage du camion sur les marchés et les

communes de :

– les ollières les mardis matin ;

– St Pierreville les mercredis après midi ;

– Vernoux les jeudis matins .

Lors de notre dernière fête le 21 décembre dernier, nous avions présenté le camion : nous y vendrons les mêmes produits que ceux à l’épicerie du village, avec un plus grand choix sur certaines gammes ex : vins, bières, vinaigres, miels, fruits et légumes.

III – Contrat d’engagemment 2018

**au mois de novembre 2017, lors d’une visite de notre accompagnateur GRAP, il nous a fait une remarque pertinente sur le fait que le système d’adhésion que nous proposions alors (20€/an pour 5 % à 10 % de remise sur nos produit s) était effectivement très voire trop généreux pour les personnes adhérentes. Cela nous a mis la puce à l’oreille.

**Aussi nous nous sommes rendus compte en regardant les chiffres de nos ventes que nous avions appliquées en 2017 les tarifs adhérent s à 93 % des clients de l’épicerie, alors que nous n’avions pas 93 % d’adhérents parmi nos clients !! Nous avions mal géré notre suivi des adhésions : soit parce que les personnes nous sont connues, soit par négligence nous appliquions les remises lors des passages en caisse : résultat , le bilan de notre exercice depuis l’ouverture de l’épicerie nous montre que nous ne gagnions pas assez de bénéfice sur nos ventes pour payer nos salaires…Or en 2018 nous n’avons plus d’aides sur nos salaires (dès la fin avril pour Audrey, et la fin Juillet pour Johanne) et nous voulons créer nos emplois grâce aux activités que porte La Chèvre et Le Chou .

** Nous sommes conscients que les personnes qui comme nous ont un revenu modéré, souhaitent pour autant consommer des produits de qualité, répondants à des critères éthiques en tous points. Alors nous avons cherché (surtout Johanne ) une formule qui permet aux personnes souhaitant effectuer en grande partie leurs achats chez nous, des remises de 15 % du prix de vente public au lieu de 5 %-10 %, pour continuer de rendre accessible les produits bio, qui soufrent de la réputation d’être chers…

Donc

° formule chèvre 1 adulte = 10€/mois rentabilisée à 67€

° formule chou 2 adultes = 20€/mois rentabilisée à 133€

Nous avons annoncé les changements par mail en décembre 2017, créé un événement festif lors de la soirée tropicale, et les nouvelles adhésions sont effectives depuis le 1er janvier 2018. Mais nous avons négligé la manière d’avoir communiqué sur ces changements, et cela a fait beaucoup de bruits, et encore aujourd’hui !

Donc suite au malentendu qu’un tel changement à suscité, Audrey a pris l’initiative par mail d’inviter les personnes à partager leurs retours, soit au magasin soit par mail .

Nous sommes aujourd’hui à 15 adhésions.

Nous sommes aussi conscients que l’engagement ne plaît pas à tout le monde, alors nous maintenons une forme de soutien.

° formule soutien = 25€/an pour 3 % de remise en caisse

**Aussi n’oublions pas qu’après s’être renseignés auprès des activités similaires à la nôtre, nous ne pouvions pas proposé à nos adhérents de venir travailler pour l’association et obtenir en contre parte des prix sur nos produits. Ce système de travail affiché avec avantages ou remises en caisse ne s’effectue qu’en cercle fermé. Donc le fait que nous soyons dans le magasin de producteurs ne permet pas cela, d’autant que nous avions une clientèle qui, au-delà des locaux, est très touristique à divers moments de l’année.

Avec le lancement du nouveau logiciel , nous avons du basculer les prix de l’ancien logiciel vers le nouveau. Et là nous avons cru judicieux de modifier nos prix en tenant compte de notre formule.

Jusqu’alors nous avions une très petite marge, avec un principe d’appliquer surtout une marge moins élevée pour les produits locaux.

Comment on a construit nos nouveaux prix ?

Nous nous sommes basés sur l’ancien prix adhérent , et nous l’avons soit :

– diminué du fait de nos remises chez certains fournisseurs ;

– soit laissé à l’identique

– soit augmenté avec les augmentations en vigueur de nos fournisseurs au 1er janvier 2018.

IV – Saison guinguette : embauche de saisonnier

Nous avons la gérance de la guinguette de la plage de Fontugne, saison de juillet à août , embauches probables de saisonniers.

V – Passage en SCOP à l’automne

Contrairement à ce qui a été dit lors de la dernière AG en avril 2017 où la SCIC avait été votée, nous nous sommes aperçus que ce modèle économique était moins cohérent pour notre activité, car il y a énormément de personnes à rassembler autour du projet.
Nous souhaitons que la responsabilité soit portée d’abord par les salariés, car ce sont ceux qui prennent les décisions, qui vivent le quotidien de l’activité économique.

Nous aurons quasiment les 2/3 de l’année 2018 pour réfléchir au système de gouvernance, définir l’élan général de notre SCOP.

VI – création d’une nouvelle association

L’association serait donc en lien étroit avec la SCOP notamment pour :

– l’animation du futur café culturel (Alcine)

– mettre au point un temps de rencontre avec ceux de la SCOP pour réfléchir en terme de conso-consciente (soulever des débats et aborder des thèmes sensibles comme l’huile de palme dans nos produits etc.)

– atelier cuisine (Nicole) ;

– atelier de sensibilisation dans les écoles ;

Échanges, débats et décisions :

Le nouveau système d’engagement mis en place depuis janvier 2018 suscite beaucoup de réactions.

Un long débat s’est engagé sur les adhésions/contrats d’engagement avec un tour de table pour que chacun s’exprime.

Il paraît nécessaire de différencier les adhésions des contrats d’engagement.

Toute personne voulant soutenir et ou s’investir dans l’association peut adhérer en versant une cotisation annuelle dont le prix est libre. Cette cotisation ne donne plus, contrairement aux années précédentes, accès à des tarifs préférentiels (5 à 10%) ; puisqu’il est apparu que cette méthode était trop coûteuse pour la pérennisation de l’épicerie.


Résultat du vote pour une cotisation à prix libre et sans contrepartie
 : 0 contre

1 abstention

30 pour

Concernant les contrats d’engagement, rappel des formules proposées :

2 personnes dans l’assemblée sont satisfaites de la formule. Certains souhaitent simplement adhérer à l’association. D’autres sont intéressés par une formule permettant d’avoir accès à des tarifs préférentiels. Mais la formule proposée est ressentie par certains comme une ingérence dans la vie privée du consommateur et injuste. Beaucoup soulignent l’importance de rémunérer le travail des salariés, et souhaitent payer le juste prix pour ce faire. C’est aussi entendu des regrets quant au travail bénévole qui avait été proposé au départ mais qui ne s’est jamais mis en place. L’épicerie ne souhaite pas développer ce bénévolat qui pourrait s’apparenter à du travail dissimulé.

Quelques propositions : -une seule formule à 15€/mois

-pas de formule, simplement une adhésion sans contrepartie

-une ristourne plus petite et symbolique

-une carte de fidélité

Création d’une commission de salariés, adhérents et administrateurs pour réfléchir ensemble à ces formules et faire une proposition lors d’une AG extraordinaire à prévoir d’ici mi-juin.

Font partie de cette commission Nicole, Nicolas, Tanguy, Doris, Claire, Johanne, Hélène et Audrey.

D’ici là, les contrats d’engagement continuent.

Cette commission planchera aussi sur un changement de statut.

La proposition des épiciers de créer une scop et une association partenaire, voire propriétaire d’une part dans la scop fait débat.

Les avis sont partagés, certains souhaitent pouvoir prendre part aux décisions, d’autres souhaitent délégués ça aux épiciers.

Trois administrateurs ont démissionné : Philippe, pour des raisons de santé, Delphine, pour des raisons de non disponibilité, et Tanguy qui deviendra salarié prochainement. Le bureau actuel est donc constitué de 3 administrateurs : Anne Boucard, Nicole Rémy et Alcine Voron.

Ce Bureau est maintenu.

FIN